L’Oligothérapie

HUMER Oligothérapie
HUMER Oligothérapie

L’oligothérapie correspond à l’utilisation des sels minéraux, et en particulier des oligo-éléments, pour prévenir ou soulager certaines affections. Elle prend en compte l’importance cruciale d’un apport équilibré dans ces micro-nutriments pour le bon fonctionnement de l’organisme, y compris ses défenses naturelles. 

Notre corps contient de nombreux minéraux différents qui lui sont apportés par notre alimentation. En plus de ceux présents en « grande » quantité comme le calcium ou le magnésium, d’autres, appelés oligo-éléments, sont présents en toutes petites quantités, voire à l’état de « traces » : zinc, iode, cuivre, fer, sélénium, chrome, cobalt, manganèse…. Pour autant, ils jouent des rôles importants dans l’organisme : immunité, maintien de la structure des tissus, métabolisme énergétique et enzymatique, production d’hormones, transport d’oxygène… Certains sont même dits « essentiels » : un déficit mineur peut entraîner des dysfonctions pouvant aboutir à des troubles physiologiques.

De multiples situations où notre corps en a davantage besoin…

Dans la plupart des cas, notre alimentation quotidienne à couvrir nos besoins en oligo-éléments. Cependant, on sait aujourd’hui que de nombreuses situations augmentent les besoins : infections, blessures, certaines maladies, grossesse, croissance, sport intensif, stress… D’autres diminuent les apports : alimentation déséquilibrée, restrictive, trop transformée et/ou issue de pratiques d’agriculture appauvrissant les sols, pollution, alcoolisme, surpoids, tabagisme, certains traitements… L’oligothérapie consiste en premier lieu à combler une déficience alimentaire afin que le corps puisse fonctionner normalement, mais elle peut aussi servir aussi à soigner des pathologies favorisées par ces déficits. 

Prendre soin de soi avec des oligo-éléments, une intuition consolidée par la science

Dès l’Antiquité, nos ancêtres pratiquaient l’oligothérapie en soignant les maladies de peau avec de l’eau thermale soufrée ou les goîtres, avec des algues riches en iode. Mais c’est le père de l’oligothérapie, le Français Jacques Ménétrier, qui développera à partir de 1930 l’utilisation des oligo-éléments en s’appuyant sur des travaux pionniers du chimiste français Gabriel Bertrand. Selon lui, la supplémentation en certains oligo-éléments pouvait aider l’organisme à mieux se défendre lui-même contre divers maux.

Ces dernières années, les oligo-éléments ont suscité un intérêt croissant auprès des chercheurs. Grâce aux progrès de la biologie moléculaire et de la biochimie, ils ont pu être explorés de façon approfondie. Le fer, le zinc, le sélénium, l’iode, le cuivre et le chrome font ainsi partie des éléments traces les plus étudiés. Leur rôle crucial pour le fonctionnement optimal de tout l’organisme est désormais mieux compris.

Sources

Collège des Enseignants de Nutrition : Les oligo-éléments, UMVF 2011

Chojnacka K, Saeid A. Recent Advances in Trace Elements, Trace Elements in Human Health (2018), 18 ; 373–402

Gilot N. Les oligo-éléments. Quels marqueurs, pour qui ? Institut de Biologie Clinique, Université Libre de Bruxelles, juillet 2019

Slater S. The discovery of thyroid replacement therapy. Part 1: In the beginning. J R Soc Med. 2011;104(1):15-18

Laurent O. Comment se soigner avec les oligo-éléments. Rôle actif des oligo-éléments, leur présence dans l’alimentation quotidienne. Editions De Vecchi, S.A.-Paris, 1999

2022-09-15T11:47:44+02:00

D’autres cookies sont utilisés pour vous offrir une meilleure expérience, vous pouvez accepter ou refuser leur dépôt.